La suppression de la taxe d’habitation fait partie des programmes présidentiels d’Emmanuel Macron. Une promesse assez ambitieuse, mais qu’en est-il de la réalité ?

Un principe constitutionnel qui fait de l’ombre au tableau !

C’était avec ferveur qu’Emmanuel Macron avait promis aux 80% des ménages français de profiter d’une réduction d’impôt lié à leur taxe d’habitation. Le souci c’est que la promesse durant l’élection présidentielle est différente lorsqu’on arrive au pouvoir ! En effet, le principe constitutionnel l’empêche donc de réaliser cette promesse qui lui tient tant à cœur. Selon le principe d’égalité, la suppression d’impôt pour quatre Français sur cinq porterait préjudice à l’Etat et la constitution dans son ensemble. Le seul issu c’est donc de supprimer la taxe d’habitation pour l’ensemble des ménages sauf que cela coûtera à l’Etat plus de 19 milliards d’euros !

Est-ce qu’il y aura suppression ou pas ?

Comme prévu, les 80% des Français bénéficieront d’un premier abattement de 30% il y a deux ans de cela, et un deuxième abattement de 65% l’année dernière. La suppression totale de la taxe d’habitation se profile à l’horizon de 2020. Par contre, pour les 20% des ménages restants, notamment ceux qui entrent dans la catégorie des Français les plus riches, la suppression totale ne sera effective qu’en 2023. Tout était prévu, sauf que la crise sanitaire vient mettre son grain de sel. Le gouvernement reste évasif concernant la décision qu’il va prendre comme nous pouvons l’entendre durant le discours du président durant la fête nationale.